"La peine de mort" de H.L. Mencken

"La peine de mort" de H.L. Mencken

Comme représenté sur la H.L. Mencken sur la vie d'écriture, Mencken était un satiriste influent ainsi qu'un éditeur, critique littéraire et journaliste de longue date avec Le soleil de Baltimore. En lisant ses arguments en faveur de la peine de mort, réfléchissez à la manière (et pourquoi) avec laquelle Mencken insuffle de l'humour dans sa discussion d'un sujet sombre. Son utilisation satirique du format d'essai persuasif utilise l'ironie et le sarcasme pour aider à faire valoir son point de vue. Il est similaire en mode à celui de Jonathan Swift Une proposition modeste. Des essais satiriques comme ceux de Mencken et Swift permettent aux auteurs de soulever des points sérieux de manière humoristique et divertissante. Les enseignants peuvent utiliser ces essais pour aider les élèves à comprendre la satire et les essais persuasifs. La

La peine de mort

par H.L. Mencken

Parmi les arguments contre la peine capitale qui émanent des élévateurs, deux sont couramment entendus le plus souvent, à savoir:

  1. Que pendre un homme (ou le faire frire ou le gazer) est une affaire affreuse, dégradante pour ceux qui doivent le faire et révoltante pour ceux qui doivent en être témoins.
  2. Qu'elle est inutile, car elle ne dissuade pas les autres du même crime.

Le premier de ces arguments, me semble-t-il, est manifestement trop faible pour nécessiter une réfutation sérieuse. Tout ce qu'il dit, en bref, c'est que le travail du bourreau est désagréable. Accordé. Mais supposez que ce soit? Cela peut être tout à fait nécessaire à la société pour tout cela. Il y a, en effet, bien d'autres emplois désagréables, et pourtant personne ne songe à les abolir - celui du plombier, celui du soldat, celui de l'homme-poubelle, celui du prêtre qui entend les confessions, celui du sable ... porc, et ainsi de suite. De plus, quelle preuve y a-t-il qu'un véritable bourreau se plaint de son travail? Je n'en ai entendu aucun. Au contraire, j'en ai connu beaucoup qui se délectaient de leur art ancien et le pratiquaient fièrement.

Dans le deuxième argument des abolitionnistes, il y a un peu plus de force, mais même ici, je crois, le terrain sous eux est fragile. Leur erreur fondamentale consiste à supposer que le seul but de punir les criminels est de dissuader d'autres criminels (potentiels) - que nous suspendions ou électrocutions A simplement pour alarmer B qu'il ne tuera pas C. C'est, je crois, un hypothèse qui confond une partie avec le tout. La dissuasion est évidemment l'un des objectifs de la punition, mais ce n'est sûrement pas le seul. Au contraire, il y en a au moins une demi-douzaine, et certains sont probablement tout aussi importants. Au moins l'un d'entre eux, pratiquement considéré, est plus important. Généralement, il est décrit comme une vengeance, mais la vengeance n'est vraiment pas le mot pour cela. J'emprunte un meilleur terme à feu Aristote: katharsis. Katharsis, ainsi utilisé, signifie une décharge salubre d'émotions, une libération saine de la vapeur. Un écolier, n'aimant pas son professeur, dépose une pointe sur la chaise pédagogique; l'enseignant sursaute et le garçon rit. C'est katharsis. Ce que je soutiens, c'est que l'un des principaux objectifs de toutes les sanctions judiciaires est d'accorder le même soulagement (une) aux victimes immédiates du criminel puni et (b) au corps général des hommes moraux et timorés.

Ces personnes, et en particulier le premier groupe, ne se préoccupent qu'indirectement de dissuader d'autres criminels. Ce qu'ils recherchent avant tout, c'est la satisfaction de voir le criminel réellement avant eux souffrir comme il les a fait souffrir. Ce qu'ils veulent, c'est la tranquillité d'esprit qui va avec le sentiment que les comptes sont au carré. Jusqu'à ce qu'ils obtiennent cette satisfaction, ils sont dans un état de tension émotionnelle, et donc malheureux. Dès qu'ils l'obtiennent, ils sont à l'aise. Je ne soutiens pas que ce désir est noble; Je soutiens simplement qu'il est presque universel parmi les êtres humains. Face à des blessures sans importance et pouvant être supportées sans dommage, elles peuvent donner lieu à des impulsions plus élevées; c'est-à-dire qu'elle peut céder à ce qu'on appelle la charité chrétienne. Mais lorsque la blessure est grave, le christianisme est ajourné, et même les saints atteignent leurs armes de poing. C'est trop demander à la nature humaine de s'attendre à ce qu'elle vaince une impulsion si naturelle. A tient un magasin et a un comptable, B. B vole 700 $, l'emploie en jouant aux dés ou au bingo, et est nettoyé. Que doit faire A? Lâcher B? S'il le fait, il ne pourra pas dormir la nuit. Le sentiment de blessure, d'injustice, de frustration le hantera comme un prurit. Alors il remet B à la police et ils bousculent B en prison. Par la suite, A peut dormir. De plus, il fait de beaux rêves. Il représente B enchaîné au mur d'un donjon à une centaine de mètres sous terre, dévoré par des rats et des scorpions. C'est tellement agréable que ça lui fait oublier ses 700 $. Il a son katharsis.

La même chose se produit précisément à plus grande échelle lorsqu'il y a un crime qui détruit le sentiment de sécurité de toute une communauté. Chaque citoyen respectueux des lois se sent menacé et frustré jusqu'à ce que les criminels soient abattus - jusqu'à ce que la capacité communale de se venger d'eux, et plus que cela, ait été démontrée de façon spectaculaire. Ici, manifestement, la dissuasion des autres n'est qu'une réflexion après coup. L'essentiel est de détruire les scélérats de béton dont l'acte a alarmé tout le monde et ainsi rendu tout le monde malheureux. Jusqu'à ce qu'ils soient amenés à réserver ce malheur continue; quand la loi a été exécutée sur eux, il y a un soupir de soulagement. En d'autres termes, il y a katharsis.

Je ne connais aucune demande publique de la peine de mort pour les délits de droit commun, même pour les homicides ordinaires. Son infliction choquerait tous les hommes de décence normale. Mais pour les crimes impliquant la prise délibérée et inexcusable de la vie humaine, par des hommes défiant ouvertement tout ordre civilisé - pour de tels crimes, semble-t-il, à neuf hommes sur dix, une punition juste et appropriée. Toute peine moindre leur laisse le sentiment que le criminel a eu raison de la société - qu'il est libre d'ajouter l'insulte aux blessures en riant. Ce sentiment ne peut être dissipé que par le recours à katharsis, l'invention du susdit Aristote. Il est réalisé plus efficacement et économiquement, comme la nature humaine est maintenant, en plaçant le criminel dans des domaines de bonheur.

La véritable objection à la peine capitale ne réside pas contre l'extermination réelle des condamnés, mais contre notre brutale habitude américaine de la repousser si longtemps. Après tout, chacun de nous doit mourir tôt ou tard, et un meurtrier, il faut le supposer, est celui qui fait de ce triste fait la pierre angulaire de sa métaphysique. Mais c'est une chose de mourir, et une autre chose que de mentir pendant de longs mois et même des années sous l'ombre de la mort. Aucun homme sensé ne choisirait une telle finition. Nous tous, malgré le livre de prières, aspirons à une fin rapide et inattendue. Malheureusement, un meurtrier, sous le système irrationnel américain, est torturé pour ce qui, pour lui, doit sembler toute une série d'éternités. Pendant des mois, il reste en prison pendant que ses avocats continuent leur bouffonnerie idiote avec des brefs, des injonctions, des mandamus et des appels. Pour obtenir son argent (ou celui de ses amis), ils doivent le nourrir d'espoir. De temps en temps, par l'imbécillité d'un juge ou une astuce de la science juridique, ils le justifient. Mais disons que, son argent parti, ils ont finalement levé les mains. Leur client est maintenant prêt pour la corde ou la chaise. Mais il doit encore attendre des mois avant qu'il ne le récupère.

Cette attente, je crois, est horriblement cruelle. J'ai vu plus d'un homme assis dans la maison de la mort et je ne veux plus en voir. Pire, c'est totalement inutile. Pourquoi devrait-il attendre du tout? Pourquoi ne pas le pendre le lendemain de la dernière dissipation de son dernier espoir? Pourquoi le torturer car même les cannibales ne tortureraient pas leurs victimes? La réponse commune est qu'il doit avoir le temps de faire sa paix avec Dieu. Mais combien de temps cela prend-il? Je pense que cela peut être accompli en deux heures tout aussi confortablement qu'en deux ans. Il n'y a, en effet, aucune limitation temporelle à Dieu. Il pourrait pardonner à tout un troupeau de meurtriers en un millionième de seconde. De plus, cela a été fait.

La source

Cette version de "La peine de mort" est apparue à l'origine dans Mencken's Préjugés: cinquième série (1926).