La légende du phénix

La légende du phénix

Ceux qui ont vu les films de Harry Potter ont regardé la puissance incroyable du Phoenix. Sa larme a guéri une fois le poison d'Harry du basilic et une autre fois, elle est montée dans une bouffée de flamme pour revenir à la vie. Ce serait vraiment un oiseau incroyable, si seulement il était réel.

Le Phoenix symbolise la renaissance, en particulier du soleil, et a des variantes dans les cultures européennes, d'Amérique centrale, égyptiennes et asiatiques. Au 19ème siècle, Hans Christian Anderson a écrit une histoire à ce sujet. Edith Nesbit le présente dans l'une des histoires de ses enfants, Le Phoenix et le tapis, tout comme J.K. Rowling dans la série Harry Potter.

Selon la variante la plus populaire du phénix, l'oiseau vit en Arabie pendant 500 ans au bout desquels il se brûle lui-même et son nid. Dans la version décrite par Clément, un théologien chrétien anté-nicéen (fondamentalement, avant que Constantin légalisait le christianisme dans l'Empire romain), le nid du phénix soit fait d'encens, de myrrhe et d'épices. Un nouvel oiseau renaît toujours de ses cendres.

Parmi les sources anciennes sur l'oiseau phénix mythologique, citons Clément, le grand mythographe et poète Ovide, l'historien naturel romain Pline (livre X.2.2), le plus grand historien romain antique, Tacite, et le père de l'histoire grecque, Hérodote.

Passage de Pline

" L'Ethiopie et l'Inde, plus particulièrement, produisent 1 oiseaux au plumage diversifié et dépassent de loin toute description. Au premier rang de ceux-ci se trouve le phénix, ce fameux oiseau d'Arabie; même si je ne suis pas sûr que son existence ne soit pas entièrement une fable. On dit qu'il n'en existe qu'un seul dans le monde entier, et que celui-là n'a pas été vu très souvent. On nous dit que cet oiseau a la taille d'un aigle et a un plumage doré brillant autour du cou, tandis que le reste du corps est de couleur violette; sauf la queue, qui est azur, avec de longues plumes entremêlées d'une teinte rosée; la gorge est ornée d'une crête et la tête d'une touffe de plumes. Le premier Romain qui a décrit cet oiseau, et qui l'a fait avec la plus grande exactitude, a été le sénateur Manilius, si célèbre pour son savoir; ce qu'il devait aussi aux instructions d'aucun enseignant. Il nous dit que personne n'a jamais vu cet oiseau manger, qu'en Arabie il est considéré comme sacré pour le soleil, qu'il vit cinq cent quarante ans, que lorsqu'il vieillit, il construit un nid de cassia et de brins d'encens , qu'il remplit de parfums, puis dépose son corps sur eux pour mourir; que de ses os et de sa moelle jaillit d'abord une sorte de petit ver qui se transforme avec le temps en un petit oiseau: que la première chose qu'il fait est d'exécuter les obsèques de son prédécesseur et de porter le nid entier à la ville du Soleil près de Panchaia, et là le déposer sur l'autel de cette divinité.
Le même Manilius déclare aussi, que la révolution de la grande année 6 s'achève avec la vie de cet oiseau, et qu'ensuite un nouveau cycle revient avec les mêmes caractéristiques que l'ancien, dans les saisons et l'apparition des étoiles ; et il dit que cela commence vers le milieu de la journée où le soleil entre dans le signe du Bélier. Il nous dit aussi que lorsqu'il écrivit à cet effet, dans le consulat7 de P. Licinius et Cneius Cornelius, c'était la deux cent quinzième année de ladite révolution. Cornelius Valerianus dit que le phœnix a pris son envol d'Arabie en Egypte dans le consulat8 de Q. Plautius et Sextus Papinius. Cet oiseau a été amené à Rome dans la censure de l'empereur Claude, étant l'année de la construction de la ville, 800, et il a été exposé au public dans le Comitium.9 Ce fait est attesté par les annales publiques, mais il y a personne qui doute qu'il ne s'agissait que d'un phénix fictif."

Passage d'Hérodote

" Il y a aussi un autre oiseau sacré, dont le nom est phénix. Je ne l'ai jamais vu moi-même, seulement des photos; car l'oiseau vient rarement en Égypte: une fois tous les cinq cents ans, comme disent les habitants d'Héliopolis."
Livre d'Hérodote II. 73,1

Passage des métamorphoses d'Ovide

" 391 "Maintenant ceux que j'ai nommés tirent leur origine d'autres formes vivantes. Il y a un oiseau qui se reproduit et se renouvelle: les Assyriens ont donné à cet oiseau son nom - le Phénix. Il ne vit ni de céréales ni d'herbes, mais seulement de petites gouttes d’encens et de jus d’amome. Lorsque cet oiseau achève ses cinq siècles de vie avec des serres et un bec brillant, il construit un nid parmi les branches de palmier, où ils se rejoignent pour former le sommet ondulant du palmier. ce nouveau nid l'écorce de cassia et les oreilles de nard doux, et un peu de cannelle meurtrie avec de la myrrhe jaune, il se couche dessus et refuse la vie parmi ces odeurs rêveuses.-Et ils disent que du corps de l'oiseau mourant se reproduit un petit Phoenix qui est destiné à vivre autant d'années. Lorsque le temps lui a donné suffisamment de force et qu'il est capable de supporter le poids, il soulève le nid de l'arbre noble et porte consciencieusement de cet endroit son berceau et le sépulcre des parents. alors alors qu'il a atteint par l'air cédant la ville d'Hyperion, il posera le fardeau juste devant les portes sacrées du temple d'Hyperion."
Metamorphoses Book XV

Passage de Tacite

" Pendant le consulat de Paulus Fabius et Lucius Vitellius, l'oiseau appelé le phénix, après une longue succession d'âges, est apparu en Égypte et a fourni aux hommes les plus instruits de ce pays et de la Grèce une matière abondante pour la discussion du merveilleux phénomène. C'est mon souhait de faire connaître tous les points sur lesquels ils sont d'accord avec plusieurs choses, assez discutables en effet, mais pas trop absurdes pour être remarquées. Qu'il s'agisse d'une créature sacrée pour le soleil, différente de tous les autres oiseaux dans son bec et dans les teintes de son plumage, est unanimement soutenu par ceux qui ont décrit sa nature. Quant au nombre d'années qu'il vit, il existe différents comptes. La tradition générale dit cinq cents ans. Certains soutiennent qu'il est vu à des intervalles de quatorze cent soixante et un ans, et que les anciens oiseaux ont volé dans la ville appelée Héliopolis successivement sous les règnes de Sésostris, Amasis et Ptolémée, le troisième roi de la dynastie macédonienne, avec un multitude d'oiseaux de compagnie s'émerveillant de la nouveauté de l'apparence. Mais toute l'antiquité est bien sûr obscure. De Ptolémée à Tibère était une période de moins de cinq cents ans. En conséquence, certains ont supposé qu'il s'agissait d'un faux phénix, non originaire des régions d'Arabie, et sans aucun des instincts que la tradition ancienne a attribués à l'oiseau. Car lorsque le nombre d'années est terminé et que la mort approche, le phénix, dit-on, construit un nid dans le pays de sa naissance et y infuse un germe de vie d'où naît une progéniture, dont les premiers soins, à l'envol, est d'enterrer son père. Ce n'est pas imprudemment fait, mais en prenant une charge de myrrhe et en ayant essayé sa force par un long vol, dès qu'elle est égale à la charge et au voyage, elle porte le corps de son père, le porte à l'autel de la Soleil, et laisse aux flammes. Tout cela est plein de doute et d'exagération légendaire. Pourtant, il ne fait aucun doute que l'oiseau est parfois vu en Egypte."
Annales de Tacite Livre VI

Orthographes alternatifs: Phoinix

Exemples: La baguette magique de Harry Potter a une plume du même phénix qui a donné une plume pour la baguette de Voldemort.